Tenir le cap

Le morceau de vert que vous apercevez en arrière-plan de cette photo est un cap. Pas un roc, ni un pic, ni une péninsule. Un cap. Et pas n’importe lequel…

--- On tient le bon cap ---
En mode sémaphore

 

Les experts auront reconnu le fameux Cap Blanc-Nez, sur la Côte d’Opale, et la non moins fameuse (surtout pour les kite-surfers et autres véliplanchistes) plage de Wissant.

Je l’aime bien, cette photo prise le week-end dernier, parce qu’elle raconte plein de choses :

  • Dans l’immédiat, le super moment que j’ai passé en famille. Un cadeau d’anniversaire comme je les aime : des souvenirs plutôt que des biens matériels 🙂 Et la joie d’être si bien entourée pendant 2 jours !
  • En creusant un peu dans ma mémoire, les souvenirs avec les copains pour le Trail de la Côte d’Opale. En 2016, ma première course 6 mois après la chimio, avec ma super Loulou en « sparing partner ». En 2017, j’ai remis ça avec la super AL, dont c’était la première course. En 2018, j’avais prévu de passer la seconde et faire 14km au lieu de 7, mais c’est tombé à l’eau, pas très pratique le lit d’hôpital dans les dunes. Comme je suis chanceuse, ma super Elo a couru pour moi et m’a offert sa médaille, qui trône désormais fièrement dans mon atelier. Pour 2019, ça paraît compromis, mais rien ne m’empêche d’y faire un tour, histoire de voir le départ de la course depuis la digue. Tous ces petits bonhommes fluo qui courent, ça doit être divertissant !
  • Sans oublier toute la symbolique qui se cache derrière le mot « cap ». C’est bien, les caps, surtout quand on parvient à les tenir (ceci est une métaphore de marin). Je ne sais pas où est cette fichue ligne d’arrivée, mais je sais au moins que je m’en approche tous les jours. Pendant ces quelques semaines de pause, par exemple, les métastases ne sont pas trop « énervées », ce qui me permet de reprendre le traitement – à peu près – au même endroit, et ça c’est un grand soulagement. Mettre un pied devant l’autre, même si c’est pour faire un tout petit pas, c’est toujours mieux que de reculer (si ça, ça ne vaut pas une bonne note au bac de philo, je ne sais pas ce qu’il vous faut).

En attendant la reprise – dans une semaine – j’en profite : direction Barcelone pour un week-end avec les copines  🙂

6 réponses sur “Tenir le cap”

  1. Et après ça tu seras parée pour aller rendre visite au Cap de Bonne Espérance et faire un pied de (blanc)-nez à ce marathon inhospitalier. pouêt pouêt.
    (by the way comme on dit, merci de tes billets d’humeur poétiques et authentiques #grosbizhous)

  2. hey! Tiens bon ma belle, je viens de découvrir les raisons pour lesquelles tu as repris ton blog, et t’envoie un max d’ondes positives, de force et de courage pour faire face à ce fichu cancer. Keep it up! et continue de créer, tu es si talentueuse! Je ressors toujours aussi fièrement mon porte-monnaie/cartes/bazar tous les jours – TA pochette verte simili cuir avec l’oiseau brodé dessus….après tant d’années 🙂 la bise! et si tu as besoin de soleil et d’air marin, tu es la bienvenue sur mon petit rocher !

Hop, je laisse un p'tit mot !