Prendre la vie du côté « slow »

Si l’expression « slow life » ne vous dit rien, vous habitez probablement sur une autre planète. Ou vous n’êtes toujours pas sorti de l’abri anti-atomique que vous aviez construit pour le passage tant redouté à l’an 2000. Par les temps qui courent (c’est le cas de le dire), difficile de ne pas croiser dans les librairies les unes de magazines, livres et autres essais de développement personnel qui nous invitent à ralentir le rythme pour mieux profiter de la vie et de ce qu’elle a de plus beau à nous offrir : du temps pour soi ! Dans l’absolu, c’est une super idée : faire une seule chose à la fois, être présent à 100% pour ceux qu’on aime, sortir de la routine quotidienne… Comment ne pas être séduit par ce programme ? Comment ne pas être tenté par une détox digitale pour apprendre à se passer de son smartphone de temps en temps ? Qui trouve sans intérêt l’idée de prendre le chemin des écoliers pour aller au boulot (dédicace à mon Papa, qui nous en a fait faire des détours pour ne pas prendre l’autoroute quand on partait en vacances) ?

Que celui qui n’a jamais prononcé les mots « C’est fou ce que le temps passe vite ! » me jette la première pierre 😉

Oui mais voilà. Cela ne fonctionne que si l’on manque de temps, ce qui est par exemple le cas si vous avez un boulot, ou des enfants, ou les deux. Quand on est dans le cas d’un ralentissement « subi », on a parfois envie, au contraire d’accélérer les choses. Parce que, oui, il y a des jours sans que je le veuille ou non. Ceux où je manque d’énergie, où j’ai mal quelque part, où le moral n’est pas au top. Généralement, ils viennent après un jour avec, parce que je veux bien évidemment profiter un maximum et me retrouve donc à en faire un peu trop, sans forcément passer en mode « Fast and Furious », entendons-nous, je suis quand-même un minimum raisonnable. En tous cas, j’apprends à le devenir de plus en plus, gros challenge s’il en est. Je l’entends, bien sûr, la petite voix qui me dit : « Tu as déjà assez marché aujourd’hui », « Tu es sûre que tu veux faire l’impasse sur la sieste » ou bien encore « Tu es certaine que tu veux faire les courses, prendre les transports en commun pour la première fois depuis 9 mois et passer la soirée à chanter dans une chorale avec tes copines ? » ( Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.)

Sur ces considérations hautement philosophiques, je vous souhaite un agréable week-end, le plus paisible possible, pour profiter un maximum de vos proches <3

Youpi du jour : J’ai fini mon coussin tissé. une activité du genre bien « slow », pour le coup 😉
Prendre la vie du côté slow
Le jaune, c’est la vie !

4 réponses sur “Prendre la vie du côté « slow »”

Répondre à louise Henninot Annuler la réponse.